Pélothérapie ou l’utilisation des boues pour le bien-être

Les soins par les bains de boue comment ça marche ?

Les vertus de la boue sur l’organisme et sur la peau ne sont plus à démontrer. Parcourez notre dossier spécial boue et découvrez les spécificités des boues, leur classification et les méthodes de maturation des boues.

Tous les matériels utilisés à but thérapeutique sous forme de compresses et qui sont constitués d’un mélange, naturel ou artificiel, d’une eau minérale avec des matières organiques et/ou inorganiques sont dénommés péloïdes.

L’International Society of Medical Hydrology classifie les péloides selon la composante solide d’origine, l’eau minérale et les conditions de maturation.

L’on distingue essentiellement deux types de péloides :

  • les péloides naturels sont utilisés en thérapie directement comme ils se trouvent dans la nature ;
  • les péloides préparés (ou artificiels) les deux composants (phase solide et phase liquide) doivent être maintenus en contact avant l’utilisation.

Les boues les plus diffuses sont caractérisées par des propriétés physiques particulières :

  • Capacité calorique ou indice de rétention de la chaleur :c’est une propriété possédée en fonction du pouvoir d’accumulation et d’inhibition de la dispersion de la chaleur.
  • lasticité :exprime le degré de malléabilité de la boue et sa capacité d’être modelée et donc d’adhérer à la superficie corporelle.

Cette propriété est en relation avec le nombre et les dimensions des particules de la composante solide : une argile est d’autant plus plastique qu’est plus grand le nombre des particules qui la composent et qu’est plus petite leur dimension.

La plasticité d’une boue est aussi directement proportionnelle à sa capacité à retenir de l’eau en conservant la consistance nécessaire à son application.

Pouvoir d’absorption et d’échange ionique : la présence de granulés menus confère aux argiles une énorme superficie de contact. Les ions, l’eau et les substances organiques et inorganiques dotées de charge polaire se placent parmi les interstices des cristaux argileux.

Plus la structure granulaire est fine, plus la formation de systèmes colloïdaux en phase de maturation de la boue sera facilitée.

La conformation cristalline particulière des granulés permet à son tour l’échange ionique entre la composante solide et l’eau minérale : processus réversible pour lequel des cations et des anions sont échangés entre les deux phases (solide et liquide) et, dans le domaine de l’application thérapeutique, entre la boue et la peau.

Les boues

La boue est une vase hyperthermale ou hyperthermalisée dérivant du mélange d’une composante solide avec une composante liquide (eau minérale) et utilisée en thérapie sous forme de "compresse".

La composante solide comprend généralement une partie inorganique et une partie organique. La Composante inorganique des boues est constituée principalement par de l’argile, de l’agglomérat de minéraux à l’état cristallin (silicates, hydrates d’aluminium colloïdal), sous forme de granulés extrêmement fins.

A la structure cristalline particulière de l’argile sont liées un grand nombre des propriétés physiques décrites précédemment.

La composante organique comprend : microflore (bactéries, algues, diatomées, protozoaires, etc.), microfaune, humus, composés humo-minéraux et d’autres composantes organiques de différente nature dérivant principalement de la phase di maturation des boues elles-mêmes ou de leur utilisation précédentes (détritus cellulaires, sécrétions, etc.).

Dans la composante liquide nous distinguons l’eau contenue dans la boue vierge (eau qui imprègne la boue dans le gisement d’origine) de l’eau minérale dans laquelle est faite mûrir la boue.

Pour les eaux de source ou sols salins une telle différentiation ne subsiste pas.

Les eaux minérales contribuent au processus de maturation même à travers l’apport de micro organismes et d’algues (composante organique).

Classification des boues

Il existe de différentes classifications qui prennent en compte l’origine géologique de la boue vierge ou de la composante solide des boues, de l’eau minérale avec laquelle sont elles sont mélangées et des modalités d’emploi dans le domaine thérapeutique :

En rapport à la composante liquide

Selon la qualité d’eau minérale avec laquelle la boue jaillit à la source ou est mise à mûrir, on peut distinguer autant de variétés de boues qu’il y a d’eaux minérales ; ex. : boues sulfureuses, boues salso bromo iodiques, boues ferrugineuses, boues oligominérales, etc.

Boue régénérée

On appelle boue régénérée la boue déjà utilisée en thérapie et successivement réintroduite dans le processus de maturation.

Elle est riche de détritus cellulaires et produits de sécrétion d’origine cutanée qui, à la suite du processus de maturation peuvent, selon l’avis de certains spécialistes, attribuer une valeur particulière biologique et thérapeutique à la boue.

Maturation des boues

Par maturation d’une boue on entend un ensemble de phénomènes chimiques, chimico physiques et biologiques auquel s’expose la boue soi-disant "vierge" et l’eau minérale mélangée à celle-ci durant sa permanence dans des bassins spécifiques (6 mois - 1 an).

Durant cette période de nombreux processus ont lieu :

  1. La transminéralisation : elle consiste en l’intégration de la boue et l’eau minérale avec un échange de minéralisateurs et de ions ; dans ce procédé, la structure des micelles de la composante inorganique et de la composante organique revêt une grande importance avec leurs charges électriques, les processus d’hydratation de ces micelles et les processus d’absorption d’ions plurivalents.
  2. La réélaboration de substances organiques.
  3. Modification des caractéristiques organoleptiques.
  4. Variation de certains paramètres physico chimiques de la boue arrivée à maturation par rapport à la boue vierge d’origine.

0 Commentaire(s) Poster un commentaire

Aucun commentaire pour le moment.

Laisser un commentaire

8141